Comment soigner une entorse de la cheville ?

Aujourd’hui en France nous comptabilisons environ 600000 entorses par an avec près d’une récidive sur trois. C’est fort de ce constat que les autorités de santé public ont formulé une liste de recommandation concernant la rééducation de l’entorse externe de cheville sans fracture.

Il est donc nécessaire d’avoir la meilleure conduite rééducative possible afin de prévenir les récidives.

L’entorse externe de cheville se caractérise par une atteinte plus ou moins grave d’un ou plusieurs des 3 faisceaux du ligament collatéral latéral.

Les entorse de cheville par stade de gravité

Stade 1 : entorse bénigne avec une simple élongation de la capsule ligamentaire et du faisceau antérieur du ligament externe de la cheville. On observe peu de tuméfaction et pas d’instabilité. Il faut compter alors de 2 à 3 semaines avant la guérison.

Stade 2 :entorse de gravité moyenne avec ici une rupture partielle du ligament. La tuméfaction est rapide avec un hématome localisé. Il faudra de 4 à 6 semaines  de prise en charge.

Stade 3 : entorse grave avec rupture parfois complète de la capsule articulaire et du ligament. Il existe une laxité importante. La cicatrisation prendra environ 12 semaines.

 

Evaluation clinique de l’entorse de la cheville

L’interrogatoire et l’examen clinique permette d’apprécier le niveau de gravité de votre entorse.

La connaissance du mécanisme lésionnel, l’impression de déchirure ou la perception de craquement, la douleur et surtout son évolution après le traumatisme nous renseigne sur la gravité de votre entorse.

Quel protocole de rééducation pour une entorse de la cheville ?

  • Le protocole RICE : Rest / Ice / Compress / Elevation

Rest : il s’agit d’une mise au repos strict d’une semaine environ avec utilisation de béquille. Le vélo sans résistance est souvent autorisé.

Ice:Appliquer un glaçage au moins 3 fois par jour pour une durée de 20 à 30 minutes. Il est préférable de placer la cheville dans une bassine d’eau avec de la glace plutôt qu’un sac de petit pois surgelé (voir aussi : http://thevenon-guillaume-masseur-kinesitherapeute.fr/mettre-du-chaud-ou-du-froid-pour-soulager-mes-douleurs/)

Compress :Nous pouvons prescrire si nécessaire des chaussettes de contention. Cette compression est très importante car une cheville qui reste gonflée sera plus longtemps douloureuse.

Elevation : Sur élever sa jambe afin de favoriser le drainage.

 

  • Allopathie et examen complémentaire

Il est recommandé de prendre plutôt du paracétamol par exemple pour lutter contre la douleur.

L’inflammation qui arrive après un traumatisme est naturelle. Elle est un moyen qu’utilise votre corps pour amener une réponse rapide de guérison. Dans la mesure où ce phénomène est modéré, il est préférable d’éviter le prise de médicaments de type AINS (à discuter avec votre médecin traitant).

L’immobilisation se fait à l’aide d’une attelle qui viendra limiter les mouvements de latéralité de la cheville. On préconise sont port durant 3 semaines environ. L’utilisation de béquille peut également y être associée.

La radiographie en urgence n’est pas toujours évocatrice. Ne pas hésiter si des douleurs persistent, à refaire l’examen plus tard.

  • Les grandes étapes du traitement du kinésithérapeute et de l’ostéopathe

Ma première étape de soin consiste à rapidement retrouver la mobilité de votre cheville. Plus celle-ci est restaurée tôt, plus vous gagnez du temps sur votre temps de convalescence.

Cette étape permet souvent de retrouver une marche plus aisée.

La seconde étape s’intéresse au « renforcement musculaire ». Il faut dissocier le spasme musculaire post traumatique et les faiblesses musculaires. Plus votre entorse est récidivante et / où grave et plus l’étape de « musculation » spécifique de la cheville sera longue.

NB : Je remarque fréquemment un spasme du mollet dans les entorses de la cheville. Vous étirez ce muscle vous permet souvent d’améliorer la mobilité et les douleurs de votre cheville.

Enfin, on travaille la proprioception de la cheville .

Ce travail est indispensable pour une reprise sportive et pour la prévention des récidives. Pour cela, le patient est placé dans des conditions proches du geste sportif et est confronté aux gestes à risque.

NB : Les facultés proprioceptives acquises ne le sont pas de façon définitive. Les exercices utilisés durant nos séances de kinésithérapie doivent être continués en dehors.

THEVENON Guillaume kinésithérapeute et ostéopathe sur lyon 8èmeet lyon 3ème.

Leave a reply